Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 18:27

Evo Morales

 

 

Cette blague populaire d'amérique latine,

évoquée par le président bolivien Evo Morales,

montre le niveau de conscience de la domination mondiale par l'empire américain.

 

" là où il y a un Ambassadeur des USA, il y a un coup d’État (…),

le seul pays où il n’y a pas de coup d’État sont les USA

affirmait Evo Morales à la tribune de l'ONU

 

 

Liste des pays agressés par les Etats-Unis :
Chine : 1945-46.
Syrie : 1949.
Corée : 1950-53.
Chine : 1950-53.
Iran: coup d’état de 1953.
Guatemala: 1954.
Tibet: 1955-70.
Indonésie: 1958.
Cuba: 1959.
République démocratique du Congo: 1960-65.
Iraq: 1960-63.
République Dominicaine : 1961.
Vietnam : 1961-73.
Brésil : 1964.
Congo belge : 1964.
Guatemala: 1964.
Laos: 1964-73.
République Dominicaine: 1965-66.
Pérou: 1965.
Grèce: 1967.
Guatemala: 1967-69.
Cambodge : 19669-70.
Chili : 1970-73.
Argentine : 1976.
Turquie : 1980.
Pologne : 1980-1981.
El Salvador : 1981-92.
Nicaragua : 1981-1990.
Cambodge : 1980-95.
Angola : 1980.
Liban : 1982-84.
Grenade : 1983-84.
Philippine : 1986.
Lybie : 1986.
Iran : 1987-88.
Lybie : 1989.
Panama : 1989-90.
Iraq : 1991.
Koweït : 1991.
Somalie : 1992-94.
Iraq : 1992-96.
Bosnie : 1995.
Iran : 1998
Soudan : 1998.
Afghanistan : 1998.
Yougoslavie -Serbie : 1999.
Invasion de l’Afghanistan : 2001.
Invasion de l’Iraq : 2002-2003.
Somalie : 2006-2007.
Iran : le pays subit actuellement le blocus américain et autres provocations armées à ses frontières.
Lybie : 2012.
Syrie : 2012. Les Etats-Unis et ses alliés régionaux (la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar) arment les insurgés, envoient des combattants jihadistes en Syrie et informent les insurgés des mouvements de troupes.
 
 

  3700 milliards de dollars, soit le quart de la dette américaine, 225000 morts et 365000 blessés : c’est le coût des conflits dans lesquels les Etats-Unis se sont engagés depuis le 11-Septembre, selon une étude américaine publiée par l’université Brown (Le Monde du 3-4 juillet 2011).

 

 

 

 

Dans son "histoire populaire de l'empire américain" Howard Zinn détaille les prétextes martelés pour rendre l'opinion publique favorable aux interventions militaires.

Ces prétextes se révèlent faux et les intentions d'apporter la démocratie mensongères.

 

Certainnement un enseignement précieux en ces temps où, transformation miraculeuse, l'occident n'attaquerai plus pour étendre son pouvoir mais pour apporter la démocratie.

 

 

 

 

 

 

L'économiste américain John Perkins a vécu de l'intérieur cette idéologie de l'expension qu'il relate dans "confession d'un assassin financier".

Il était chargé de faire croire à des dirigeants du monde entier, chiffres bidons à l'appuis, que les prêts américains sont les meilleurs pour leur pays.

Ces plans de financement par le Fond Monétaire International, la Banque Mondiale ou autres ont pour effet que les entreprises américaines remportent "l'appel d'offre", construisent les infrastructures pour les riches et laissent le pays fortement endetté et donc à la merci de ces mêmes banques.

Les dirigeants intégres sont intimidés puis s'il persistent à refuser, ils subissent des attentats.

Et si ces étapes ne fonctionnent pas, vient la guerre.

 

 

Ne cautionnant plus ce système, John Perkins quitte son emploi. Ce qui l'amène à rencontrer les Shuars, peuples des forêts de la haute Amazone, comme raconté dans "L'histoire secrète de l'empire américain".

Je terminerai donc sur cette note d'espoir :

" Un vieil homme s'approcha de moi.

Quand je lui manifestai mon intérêt d'aider son peuple à empêcher la jungle d'être détruite, il me rappela que c'était ma culture, et non la sienne, qui était la source des problèmes.

"le monde est ce que vous rêvez qu'il soit", me dit-il. "Vous, vous avez rêvé d'immenses usines, d'immeubles s'élevant très haut dans le ciel, et d'autant d'automobiles qu'il y a de gouttes d'eau dans la rivière. Maintenant vous commencez à vous rendre compte que votre rêve est un cauchemar."

Je lui demandai ce que je pouvais faire pour l'aider.

"C'est simple, répondit-il. Tout ce qu'il faut, c'est changer de rêve. Il faut juste changer une graine différente, montrer à vos enfants qu'on peut faire d'autres rêves." "

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Darben
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Darben

Au bout du crayon

Derrière DARBEN se cache DARoussin BENoît ayant étudié quatre ans la bande dessinée et l'illustration à l'école d'art graphique Pivaut à Nantes.
Contact : darben[at]hotmail.fr
 

Besoin De Quelque Chose ?

Mon profil-bouc


 

Jetez-Y Un Oeil